Nouvelles exclusives 2021

Jean Paul Riopelle (1923-2002), Cap au nord, 1977, huile sur toile, 200 x 301 cm. Collection Huguette Vachon. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2021). Photo archives Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle

« Les icebergs sont comme des glaçons dans un verre, ils s’imprègnent de toutes les couleurs environnantes. »
– Jean Paul Riopelle, 1979
(Citation tirée d’une entrevue sur sa fascination pour le Grand Nord)


Les dernières nouvelles de la Fondation Riopelle :

– Entrevue inédite: Yseult Riopelle

– Riopelle au Musée des beaux-arts de Montréal

– Riopelle à l’école: Inspirer la relève

– Harmonium Symphonique: Clin d’oeil à Riopelle

– Nouveau concours à venir!





Yseult Riopelle, éditrice et coauteure du Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle Tome 5 (1972-1979) et fille de Jean Paul Riopelle.

Pour visualiser l’extrait vidéo et lire l’entrevue intégrale, cliquez ici.


Yseult Riopelle : Trois décennies à faire rayonner l’œuvre de son père

Alors que le cinquième volume du Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle est fraîchement sorti des presses, l’équipe de la Fondation Riopelle s’est entretenue avec Yseult Riopelle, fille de l’artiste, éditrice et coauteure, avec son fils Tanguy Riopelle, de cet ouvrage monumental regroupant l’ensemble des œuvres de l’artiste.

Dans cette rare entrevue de fond, Yseult Riopelle revient sur les trente dernières années qu’elle a consacrées à rechercher aux quatre coins du monde les quelque 7000 œuvres produites par Jean Paul Riopelle au cours de sa prolifique carrière artistique.

Elle y aborde notamment ses tout débuts, où elle a appris les rudiments de l’élaboration d’un catalogue raisonné auprès des experts d’Henri Matisse, ainsi que la façon dont elle est venue à prendre en charge la préservation et la mise en valeur de l’œuvre de son père.

Yseult Riopelle y dévoile comment elle procède pour retrouver des œuvres parfois disparues depuis les années 1950. L’entrevue révèle également comment la troisième génération de la famille Riopelle s’implique de plus en plus activement dans les recherches et l’élaboration du Catalogue raisonné, alors que le tome 6 est actuellement en cours de préparation.

Vous y découvrirez des détails fascinants sur la vie et la jeunesse de Jean Paul Riopelle, sur ses diverses sources d’inspiration, sa profonde admiration pour la nature et les cultures autochtones et sur l’évolution de son art dans les années 1970, période couverte par le cinquième tome du Catalogue raisonné. Finalement, nous y abordons la vision ambitieuse de l’artiste pour la Fondation, un projet grandiose dont il rêvait dès les années 1960.

POUR VISUALISER L’EXTRAIT VIDEO ET LIRE L’ENTREVUE INTÉGRALE, CLIQUEZ ICI.

POUR VOUS PROCURER UN EXEMPLAIRE DU CATALOGUE RAISONNÉ DE JEAN PAUL RIOPELLE, CLIQUEZ ICI.


Jean Paul Riopelle (1923-2002), Point de rencontre – Quintette (polyptyque), 1963, huile sur toile, 428 x 564 cm (5 panneaux). Paris, Centre national des arts plastiques. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2021). Photo MBAM, Jean-François Brière


Point de rencontre entre l’art contemporain et les cultures autochtones

Lancée en grande première en novembre dernier, l’exposition Riopelle : À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones est le fruit de plus de 15 années de recherches exhaustives ayant permis d’approfondir les connaissances des experts sur la relation privilégiée qu’entretenait l’artiste avec la nature, mais aussi et surtout les cultures autochtones et la nordicité canadienne.

Actuellement présentée par le Musée des beaux-arts de Montréal en version virtuelle en raison de la pandémie de COVID-19, l’exposition se déplacera ensuite au Audain Art Museum de Whistler, en Colombie-Britannique, puis au Glenbow Museum de Calgary, en Alberta, dans le cadre d’une grande tournée canadienne qui fraiera la voie vers les célébrations du centenaire de Riopelle en 2023. D’autres institutions muséales de renom pourraient éventuellement s’ajouter à cette liste déjà fort prestigieuse.

Véritable point de rencontre entre l’art contemporain et les cultures autochtones, l’exposition explore en profondeur l’influence des Premier Peuples sur l’œuvre de l’artiste. Elle se veut une véritable immersion dans des années de grande évolution, jusqu’à la fin des années 1970. Durant cette période, l’artiste a su transposer dans son art sa profonde admiration des techniques et des traditions artistiques des Premières Nations et des Inuits – des masques de la Côte Ouest, en passant par les icebergs, les vastes paysages enneigés du Grand Nord et la faune qu’il aimait tant admirer lors de ses voyages de chasse et de pêche.

L’exposition, rendue possible grâce à l’appui financier de la Fondation Audain, en collaboration avec la Fondation Riopelle et de prestigieux partenaires, présente de plus certaines nouveautés, dont une œuvre inédite de Riopelle, La Fontaine. Cette sculpture monumentale, faite de plâtre peint et de cordages, fut entreposée pendant des décennies dans l’atelier de Jean Paul Riopelle avant d’être récemment restaurée par une équipe d’experts du MBAM. Le public peut également y admirer, pour la toute première fois au Québec, l’œuvre Point de rencontre, qui effectue un grand retour en sol canadien après avoir été exposée pendant plus de 30 ans à l’Opéra Bastille de Paris.

L’exposition Riopelle : À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones, conçue sous la direction des commissaires Andréanne Roy, Jacques Des Rochers et Yseult Riopelle, rassemble au total pas moins de 160 œuvres – dont 110 toiles, sculptures et dessins de Riopelle – ainsi que 150 artéfacts et documents d’archives mettant en lumière toute la richesse des cultures autochtones.

Décrite comme un véritable « bijou » par le journaliste de La Presse Éric Clément, entre autres, l’exposition demeure accessible en ligne, nous offrant ainsi un avant-goût en attendant de pouvoir l’admirer en personne. Le Musée des beaux-arts de Montréal a également produit pour l’occasion un magnifique catalogue, en vente à la boutique du MBAM.

Pour visiter l’exposition virtuelle sur le site web du MBAM, cliquez ici.


Vue de l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones. Photo MBAM, Denis Farley

Œuvre à l’avant-plan : Jean Paul Riopelle (1923-2002), La Fontaine, vers 1964-1977, plâtre peint, cordage, 400 x 300 x 300 cm. Collection particulière. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2021).

Riopelle, rue de Lorimier, Montréal, 1943

Cette année-là, Riopelle suit quelques cours à l’École des beaux-arts, puis il s’inscrit à l’École du meuble où il rencontre le professeur Paul-Émile Borduas.


Riopelle à l’école : inspirer la relève

La Fondation Riopelle est très fière de s’associer au Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) et au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) afin de lancer le nouveau projet Riopelle : Rêverie virtuelle, dont l’objectif est de faire connaître et de démocratiser l’œuvre de Jean Paul Riopelle auprès des élèves montréalais de la 3e année du primaire au premier cycle du secondaire.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’exposition Riopelle : À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones présentée par le MBAM. De janvier à avril 2021, des activités de médiation permettront de mettre en relation, à distance et dans le respect des consignes sanitaires, un médiateur en salle d’exposition et les jeunes à l’école. Des activités complémentaires seront aussi proposées en classe afin d’aborder certains concepts artistiques chers à Riopelle.

Grâce à ce projet, les élèves de six classes montréalaises pourront se plonger dans l’univers de Riopelle et vivre un projet artistique unique sollicitant diverses compétences disciplinaires en arts plastiques. Les activités de prolongement en classe ont été inspirées d’une trousse développée par Yseult Riopelle en 2003 pour l’exposition Mutations de Riopelle en collaboration avec le Centre d’exposition du Vieux-Palais de Saint-Jérôme. Celle-ci fut adaptée par l’équipe des services pédagogiques du CSSDM, sous la direction d’Elyse Mathieu, avec l’appui de l’équipe des programmes éducatifs du MBAM. Ces activités ont été pensées pour être ludiques et sont intimement liées à l’esprit des mouvements surréalistes et automatistes auxquels Jean Paul Riopelle s’est intéressé au cours de sa carrière.

La Fondation Riopelle tient à remercier chaleureusement tous les partenaires impliqués dans cet important projet visant à permettre à la jeune génération de s’imprégner et de s’inspirer du génie artistique de Jean Paul Riopelle.


Les élèves d’une classe de 4e année année de l’école primaire Ludger-Duvernay, dans le quartier Saint-Henri à Montréal, participent à une activité de médiation en compagnie de Dominique Lachance, enseignante spécialiste en arts plastiques, et de Jacinthe Pépin, médiatrice du Musée des beaux-Arts de Montréal, le lundi 25 janvier dernier. Capture d’écran fournie gracieusement par le Centre de services scolaire de Montréal.

Œuvre à l’avant-plan : Grand Duc, 1970, huile sur toile, 242 x 163 cm. Collection particulière. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2021).

Le Jacob-Chatou, 1954,
huile sur toile, 200,6 cm x 300 cm. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2021)


Le saviez-vous?

C’est une œuvre de Jean Paul Riopelle, Le Jacob-Chatou, qui illustre la pochette du tout nouvel album double Histoires sans paroles – Harmonium Symphonique, lancé en décembre dernier.

Sous la direction du chef Simon Leclerc, l’Orchestre symphonique de Montréal et le Chœur des jeunes de Laval, avec la participation de Luce Dufault et Kim Richardson, y interprètent en version symphonique le répertoire intégral du légendaire groupe québécois Harmonium. La magie de l’OSM nous transporte ainsi dans l’univers d’Harmonium en donnant une nouvelle vie à ces classiques indémodables et connus de tous les mélomanes québécois.

Il s’agirait, selon Serge Fiori, d’une première musicale pour Riopelle. Chose certaine, il s’agit d’un beau clin d’œil qui permet la rencontre, sur un même album, de deux artistes de renom.

Riopelle en serait certainement fier!

Pour vous procurer l’album ou en écouter des extraits gratuits, rendez-vous au : www.harmoniumsymphonique.com


Le Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle, tome 5, 1972-1979

Texte de Ray Ellenwood : Masks, the North and New Configurations – Les masques, le Grand Nord et les nouvelles configurations, 2017, suivi de Addendum: The Question of Cultural Appropriation – Addenda: La question de l’appropriation culturelle, mars 2019

Recherche et direction : Yseult Riopelle et Tanguy Riopelle

Français/anglais. Plus de 1300 reproductions – 552 pages. ISBN : 978-2-922623-04-8


Maintenant disponible en vente en ligne :


www.fondationriopelle.com/catalogueraisonne

Restez à l’affût!

Face au succès retentissant de notre concours Riopelle en cadeau lancé dans le temps des Fêtes et qui a permis à deux personnes de remporter des exemplaires du livre Jean Paul Riopelle et le mouvement automatiste de François-Marc Gagnon, publié par McGill-Queen’s University Press, l’équipe de la Fondation Riopelle vous prépare un nouveau concours!

Surveillez régulièrement nos réseaux sociaux au cours des prochaines semaines afin de participer et courir la chance de gagner l’un des exemplaires du tout nouveau Tome 5 du Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle, un prix d’une valeur de plus de 300$!

Vous n’êtes pas encore abonné aux plateformes sociales de la Fondation Riopelle? Assurez-vous de nous suivre dès maintenant afin de ne rien manquer à l’avenir :

Facebook

Instagram

Twitter


DES NOUVELLES DE LA FONDATION RIOPELLE
 AUTOMNE 2020

F, vers 1981, sérigraphie originale en couleur réalisée pour la Fondation Jean Paul Riopelle
Stonehenge 106,75 x 75 cm
123 exemplaires dont 100 numérotés 1/100 – 100/100
© Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020)

LANCEMENT D’UNE TOUTE NOUVELLE PUBLICATION
Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones

Jean Paul Riopelle est reconnu comme l’un des artistes canadiens les plus importants et prolifiques du XXe siècle. Publié à l’occasion de l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones, à l’affiche du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) du 21 novembre 2020 au 21 mars 2021, un nouvel ouvrage porte un regard inédit sur la démarche du peintre et sculpteur québécois en révélant l’influence prégnante de la nordicité et de l’autochtone dans son oeuvre.

Lire La Suite

F pour Fondation

Un an déjà !

Né le 7 octobre 1923, Jean Paul Riopelle aurait eu 97 ans aujourd’hui.

La Fondation Jean Paul Riopelle célèbre son premier anniversaire d’existence, en ce même 7 octobre qui a vu naître ce visionnaire reconnu comme l’une des plus importantes figures culturelles du XXe siècle, véritable icône de liberté, de créativité et de passion.

Lire La Suite

 

De père en fille : Rencontrez notre muse

Photographie : Yseult Riopelle par Steve Deschênes

 

Co-fondatrice de la Fondation Jean Paul Riopelle, Yseult Riopelle joue un rôle de premier plan dans la réalisation du rêve de l’artiste de voir une fondation perpétuer son œuvre. Source inépuisable de connaissances, elle ponctue notre quotidien d’anecdotes et de parcelles d’histoires inestimables qui inspirent les actions de la Fondation et ses projets d’avenir.

Lire La Suite

 

Un automne 2020 signé Riopelle

Nous sommes fiers d’annoncer une programmation automnale mettant Riopelle à l’honneur, soit la publication de deux ouvrages inédits et une grande exposition au Musée des beaux-arts de Montréal qui amorcera ensuite une tournée pancanadienne dès le printemps 2021.

Gagnon, François-Marc
Jean Paul Riopelle et le mouvement automatiste
McGill-Queen’s University Press, 2020.
Sans titre, 1946.
Aquarelle et encre sur papier, 28,6 x 43,8 cm
© Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020)

« François-Marc Gagnon met à profit sa riche connaissance de l’histoire de l’art, de l’art québécois et de l’automatisme montréalais, et procède à une analyse systématique et rigoureuse de la notion de “hasard” dans l’acte de peindre de l’artiste. Jean Paul Riopelle et le mouvement automatiste représente une des trop rares études spécialisées qui examinent l’ensemble des moyens graphiques et chromatiques utilisés par le peintre. »
– Gilles Lapointe, Université du Québec à Montréal

Riopelle est surtout connu du grand public pour les tableaux abstraits de sa maturité artistique. Dans cet ouvrage, François-Marc Gagnon aborde cette histoire fascinante à partir des premières toiles de l’artiste alors qu’il adhère à l’illusion naturaliste, avant d’explorer sa participation à l’automatisme, mouvement qui exercera une influence durable sur son œuvre.

Lire La Suite

 

La Fondation Jean Paul Riopelle est fière d’appuyer la publication imminente du tome 5 du Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle aux côtés de loyaux partenaires tels que la Galerie Simon Blais, Heffel et Power Corporation. Cette publication tant attendue de Hibou Éditeurs sera une parfaite compagne dans le cadre de l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones qui débutera au Musée des beaux-arts de Montréal en novembre prochain.

The book will be available via the website of Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle and in museums and at select bookstores and partners. Stay in the know!

L’ouvrage sera disponible en vente via le site web du Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle, dans les musées participants ainsi que chez plusieurs de nos précieux partenaires. Restez à l’affût !

Lire La Suite

Expositions à venir en 2020

Carcajoux, 1971, technique mixte sur essai de lithographie, 120,5 x 160 cm
© Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020)

L’année 2020 sera marquée par la présentation dès le 21 novembre 2020 l’automne d’une exposition inédite au Musée des beaux-arts de Montréal, intitulée Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones.

Fruit de recherches inédites, cette présentation explorera, au travers de près de 175 oeuvres et de plus de 200 artefacts et documents d’archives, l’intérêt de l’artiste pour la nordicité et l’autochtonie. Elle jetera un nouvel éclairage sur sa production des années 1950 et 1970, en retraçant les voyages et les influences qui ont nourri son intérêt pour les territoires nordiques et les communautés autochtones d’Amérique du Nord.

S’ajoutent à cet ensemble des oeuvres historiques des communautés yup’ik, kwakwaka’wakw et tlingit, entre autres, en tant que source d’imaginaire pour l’imaginaire de Riopelle, et celles d’artistes inuit contemporains.

Nous tenons à souligner le travail des commissaires invitées Yseult Riopelle et Andréanne Roy ainsi que de Jacques Des Rochers, conservateur de l’art québécois et canadien au MBAM.

La Fondation Jean Paul Riopelle est fière de joindre les prestigieux partenaires de l’exposition, aux côtés d’autres distingués membres de notre grande famille culturelle, notamment le Audain Art Museum de Whistler et, particulièrement, la Fondation Audain, grand mécène de l’exposition.

L’exposition entreprendra une tournée canadienne dès le printemps et l’été 2021, prévoyant un premier arrêt au Audain Art Museum de Whistler pour ensuite poursuivre au Glenbow Museum de Calgary à l’automne 2021 et l’hiver 2022.

Pour en savoir davantage au sujet de l’exposition, du programme et des partenaires :

Source : Musée des beaux-arts de Montréal

Encans et ventes

Dans les médias